Monter sa boite, réaliser un nouveau projet commercial…


Je cherche pas mal d’informations sur divers sujets afférents aux franchises/activités commerciales, dans le but de trouver une activité complémentaire NON INFORMATIQUE, et je suis tombé sur un article très intéressant en anglais qui donnait comme référence une liste de points à valider/vérifier avant de se lancer bille en tète dans le montage d’une boite.

En France, qui plus est, il faudrait ensuite consulter sur la forme de l’entreprise (SARL, EURL, EIRL, SAS AE, etc.) et se pencher sur les optimisations fiscales (oui, même pour une petite structure) afin d’éviter de passer tous les bénéfices dans les charges/taxes/impôts…mais c’est une autre histoire.

Voila en substance, et très résumé les points que j’ai relevés et qui m’ont semblé intéressants de reprendre dans ma propre analyse:

1. Quel problème votre produit/service résout ?

· Si vous ne savez pas ce n’est probablement pas une très bonne idée.

2. Comment les autres ont tenté de le résoudre et pourquoi ça n’a pas marché ?

· Apprenez des erreurs des autres.

3. Combien de bénéfices spécifiques à votre produit/service  pouvez-vous compter ?

· Plus vous en listez plus le potentiel est bon.

4. Décrivez clairement les avantages de votre produit/service ?

· Ne pas y arriver est un signe de manque de réflexion sur le sujet.

5. Est-ce qu’un produit/service similaire existe déjà ?

· Si c’est le cas et que le vôtre n’a pas d’avantage notoire, il faut chercher.

6. Qui sont vos compétiteurs ?

· Avoir de la concurrence n’est pas mauvais cela veut dire qu’il y a un marché, mais il faut savoir si le marché n’est pas saturé ou si les clients sont fidèles.

7. Quels avantages/fonctions mes compétiteurs auront du mal à copier ?

· Il faut être clair sur ses avantages.

8. Effectuer une analyse FFOM (Forces/Faiblesses/Opportunités/Menaces).

· Faites évaluer par un tiers votre produit/service avant de le lancer.

9. Avez-vous tout ce qu’il vous faut pour monter votre affaire ?

· Argent, temps, contacts, compétences.

10. Connaissez-vous quelqu’un à qui demander des conseils en matière de business ?

· Les conseils sont toujours utiles et permettent d’éviter les écueils.

11. Nommez quelqu’un qui tirera parti de votre produit/service ?

· Le début du marketing, ne jamais partir d’une généralité démographique. Soyez spécifique, connaissez vos cibles potentielles.

12. Quelle est la part de marché ciblée par votre produit/service ?

· Savoir combien de gens seraient intéressés et combien ils seraient prêts à payer.

13. Avec vous fait une étude de marché ? demandé leur avis à des clients potentiels ?

· Etude de marché ciblée.

14. Pouvez-vous monter une page de présentation et obtenir des demandes d’informations ?

· Solution bon marché pour voir l’intérêt suscité par le produit/service.

15. Quelle est la taille minimale pour démarrer votre produit/service ?

· Commencez petit et faites évoluer votre produit/service une fois lancé.

16. Pouvez mettre en place un système de précommande et obtenir des avances ?

· L’intérêt suscité c’est bien mais le paiement en avance permet de valider la viabilité du marché pour un produit/service.

17. Pouvez-vous fournir votre produit/service  seul ou avez-vous un/des partenaires ?

· Demander des engagements par écrit sur les délais, tarifs et conditions de vos partenaires.

18. Avez-vous les finances/partenaires nécessaires pour fournir une demande accrue ?

· Savoir si ces partenaires sont en mesure de monter en puissance.

19. A partir de quel point rentrerez-vous dans vos frais ?

· Certains projets demandent un investissement important, il faut alors planifier scrupuleusement les finances de manière à savoir à partir de quand le retour sur investissement commence à s’effectuer.

20. Comment des investisseurs potentiels tireraient leurs bénéfices de votre entreprise ?

· Définir clairement les conditions de participation de chacun des partenaires s’il y en a, et ce avant de commencer.

 

Une fois ces différents points traités, il semble moins facile de se planter ou plus difficile de réussir son entreprise. C’est quelquefois dur à avaler, mais je pense qu’il vaut mieux attendre que l’idée, le moment et le marché soient là, plutôt que de se heurter à un échec ou une déconvenue financière.

Après, le vieux dicton français: “Qui ne tente rien n’a rien!” est là pour nous pousser à essayer malgré la difficulté. Un rêve réalisé vaut son pesant d’or, même s’il ne génère pas de millions de bénéfices.

Bon lundi à tutti!

Pierre.

A propos Red Kaffe

IT Trainer and Consultant on Microsoft Technologies. Windows Server and Client, Service Center 2012, WSUS/MDT/ADK/WAIK, SBS 2008/2011, Office 365, etc. Fully dedicated to support and train my customers...
Cet article, publié dans business, Fun, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s